Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Nous allons aborder le psaume 131 , une vertu pour le pélerin : l'humilité. Rappelons nous que cette série de 15 psaumes  du psaume 120 au psaume 134 contient des psaumes qui étaient chantés lorsque le peuple d’Israël montait au temple à Jérusalem comme il devait le faire plusieurs fois dans l’année et ces psaumes du pèlerinage abordent différents aspects de la marche des enfants de Dieu . C’est un psaume très court, le prédicateur anglais Charles Spurgeon a dit que c’était un des psaumes les plus courts à lire mais l’un des plus longs à apprendre pour souligner la difficulté de cet enseignement.

 

Pourtant, ces sujets (l’humilité et son opposé, l’orgueil) sont très présents dans la bible aussi bien dans l’ancien que dans le nouveau testament (2Sam.22 :28,   1Pi.5 :5) et j’aimerais voir avec vous à la lumière de ce psaume ce que l’humilité est et ce qu’elle n’est pas. dessin humilité

 

Au début, le psalmiste nous incite à reconnaître nos limites, accepter ce que nous sommes en particulier en face du Seigneur comme Job le fait, ni un cœur qui s’enfle, ni des regards hautains. Il nous met en garde contre le péché d’orgueil. L’orgueil est le premier péché de l’homme; l’orgueil a poussé Adam et Eve à vouloir égaler Dieu et a conduit à une ambition démesurée. Il est en général difficile de voir comme péché ce que  le monde autorise et ici, il est difficile de reconnaître l’orgueil comme un péché quand la société le voit comme une qualité. Pourtant l’écriture nous met en garde : Dieu résiste aux orgueilleux et le vrai critère qui détermine le bien et le mal c’est Dieu lui-même. Ce qui est décrit comme un péché de base c’est vouloir prendre soi-même le contrôle, chercher à devenir son propre dieu en s’emparant avec ambition de tout ce qui nous semble légitime. Je ne prétends pas tout comprendre, tout contrôler, tout diriger ni ma propre vie, ni celle des autres. J’accepte ma condition humaine et je reconnais mes limites, je reconnais mon péché (Job.42:2-6) .

On arrive à la deuxième image, celle d’un enfant apaisé, repus. C’est une belle image du repos et de la sérénité. Cela nous parle à la fois de la sécurité, comme celle d’un enfant qui a confiance et qui se sent en paix car on prend soin de lui mais aussi d’un enfant qui prend de la maturité pour se prendre en charge. L’humilité n’est pas la médiocrité ni l’irresponsabilité. C’est la paix de celui qui sait qu’il peut compter sur le Seigneur, il marche en pleine réalité et il n’a rien à craindre car il sait que son Seigneur règne. Ce sont les médiocres qui ont l’âme insatisfaite, cramponnés à l’idée de ce qu’ils devraient être ou de ce que Dieu ou les autres devraient faire et seulement satisfaits d’eux-mêmes. Dieu nous invite à un regard honnête sur nous-mêmes sans se surévaluer ni se dénigrer.

L’exemple c’est le Seigneur (Marc 10:43-45). Il s’est humilié lui-même et alors qu’Il était roi, il s’est fait serviteur ! Rappelons nous l’épisode dans les évangiles où la mère des disciples Jacques et Jean vient réclamer pour eux une position privilégiée dans le royaume de Dieu. Dieu nous invite à être serviteur (esclave) des autres parce qu’il est Lui, d’abord notre serviteur, il s’abaisse jusqu’à nous pour nous sauver et nous servir. L’autre est de la même nature que moi. Martin Luther disait : « Nous sommes tous des mendiants devant le Seigneur » et nous avons tout reçu de Lui (1.Cor.4:6-7) . Nous n’avons donc aucune raison de nous placer dans une position de supériorité ou de domination mais au contraire parce que nous sommes conscients de la grâce,  nous pouvons choisir de nous soumettre, de devenir serviteur.

L’humilité est le fruit de notre reconnaissance . (Phil.2:4-7) L’apôtre Paul appelle les chrétiens de Philippes à l’humilité et à la soumission mutuelle avec des paroles très fortes et il continue en rappelant à ses lecteurs toute l’œuvre de Christ qui l’a mené jusqu’au sacrifice de la croix. C’est en nous souvenant de ce que Jésus a fait pour nous que nous pouvons accepter de mettre sur l’autel du sacrifice nos propres intérêts, notre propre ambition. C’est quand je regarde la croix que je peux réellement accepter d’être humble.

L’humilité est un fruit de notre foi. Le psaume nous invite à compter sur le Seigneur et à ne compter que sur Lui. Il nous décrit non pas l’état d’âme mais l’existence et le comportement d’un homme ou d’un peuple qui mettent leur espérance dans le Seigneur. Il nous invite à marcher en pleine réalité en comptant sur Lui car Le Seigneur règne, nous sommes son troupeau, il n’a donc plus rien à craindre. Son peuple ne craint plus au contraire, il espère. C’est l’inquiétude qui nous pousse à vouloir toujours plus, à vouloir surpasser et dominer les autres. L’humilité, c’est faire confiance au Seigneur et en venir à maîtriser ainsi ses appétits, ses désirs et son âme. Ce n’est pas être médiocre, bien au contraire notre grandeur est de compter sur le Seigneur. On peut rapprocher cela de ce texte où le Seigneur nous invite à ne pas nous inquiéter mais à chercher d’abord le royaume de Dieu et sa justice (Luc 12:29-32)  .

Il faut ajouter aussi, que cette humilité n’est pas naturelle, qu’elle est à l’opposé de ce que le monde enseigne et que nous avons besoin de l’action du Saint-Esprit pour que cela se réalise dans notre vie. Toute tentative de combattre l’orgueil est vaine. L’orgueilleux doit recevoir la grâce de Dieu afin d’être en mesure d’accepter ce qu’il est réellement et vivre libre. Mais Dieu résiste à l’orgueilleux qui refuse de s’approcher de Lui tel qu’il est, alors que l’humble qui se présente lui-même devant Dieu est reçu favorablement. L’humble est donc nécessairement un orgueilleux qui s’est humilié; et alors, nous pouvons compter sur le Seigneur qui nous transforme, c’est son esprit qui produit en nous, le vouloir et le faire. Je peux lui faire confiance car sa grâce me suffit (1.Cor.15:9-10) . Voilà aussi un domaine d’application de notre foi. Il peut me rendre humble si je soumets à Lui.

lhumilité precede la gloire

L’humilité que le Seigneur veut nous enseigner, ce n’est pas un état d’âme, ce n’est pas un dénigrement de nous-mêmes, c’est le choix d’un comportement, d’une manière de vivre. C’est le choix de décider d’accorder à Dieu et aux autres une autorité sur ma vie, c’est choisir de se soumettre plutôt que d’imposer à Dieu et aux autres sa volonté. Il faut qu’Il croisse et que moi je diminue - Jean 3:30


Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Eglise Evangelique de Deuil la Barre
  • : L’église est avant tout un lieu de rencontre qui a pour vocation d’accueillir chacun avec son histoire et sa culture. Vivre en communion fraternelle, s'encourager mutuellement,s'enrichir de nos différences,méditer ensemble la Bible. Bien sûr, nous n’y parvenons jamais totalement, donc nous essayons à nouveau
  • Contact

nos partenaires

ACTUALITES

Persécution des chrétiens : des faits de 2012 à 2017