Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 11:25

Une soirée louange est programmée le dimanche 11 novembre à 17h . Nous avons aussi l'habitude de louer Dieu tous les dimanches matins avec des chants et des prières collectives. Beaucoup savent aussi que tous les chrétiens ne prient pas et ne chantent pas de la même manière. Or au-delà de ce problème de différences culturelles et liturgiques, la question de fond concerne notre identité même de croyants : pourquoi et comment glorifier Dieu ? Qu’en dit la Bible ?

 

Le pourquoi et le comment de la louange selon le psaume 145 

 

Le livre des Psaumes commence par un psaume de confiance en Dieu et il se termine par tout un groupe de psaumes de louange qui ne demandent rien à Dieu mais se contentent de préfigurer le jour ou « tout genou fléchira » devant lui et où toutes les nations, toute la création même, chantera ses louanges. Le Psaume 145 est le premier de ces psaumes, et il est suivi par le « Hallel », ou 5 psaumes qui commencent par le mot « Alléluia ! » - « Louez l’Éternel » ! fleur

Le psaume 145  est un acrostiche, c’est-à-dire un psaume alphabétique. Dans le texte hébreu de la Bible, le premier verset commence par aleph (A), le verset 2 par beth (B), et ainsi de suite jusqu’à la dernière lettre de l’alphabet hébraïque, tav. C’était sans doute un moyen de rendre le psaume plus facile à mémoriser, et  montre comment même ce côté très technique de la poésie hébraïque pouvait être utilisé pour louer Dieu. Certains auront déjà remarqué que ce psaume n’a que 21 versets, et l’alphabet hébraïque en a 22

1 : POURQUOI VEUT-IL LOUER LE SEIGNEUR ?

Il répond à cette question un peu partout dans le psaume, et nous essayerons de souligner deux raisons principales pour lesquelles il loue le Seigneur, et pourquoi nous sommes appelés à l’imiter :

 a : Il loue le Seigneur parce qu’il est grand (vs 3-6 et 11-13)

Il voit cette grandeur d’abord dans « la magnificence éclatante de sa gloire » (5) et dans « sa force redoutable » (6) ainsi que dans « son règne et sa domination éternels » (13). Oui, la grandeur et la puissance de Dieu sont évidentes quand nous regardons sa création, et comme Paul le dit en Romains 1:19, cela est évident à tous ceux qui se libèrent de leurs a priori et considèrent avec respect et émerveillement tout ce qui les entoure.

Il voit la grandeur de Dieu dans sa création mais aussi dans ses interventions dans ce monde. Les « exploits » de Dieu (4,12), ses « merveilles » (5) et son « règne » (12-13) parlent aussi de la façon dont Dieu s’est révélé personnellement aux hommes, que ce soit à Abraham, à Moïse, ou aux prophètes, et la façon dont il avait délivré son peuple de l’esclavage en Égypte, thème qui traverse toute l’histoire d’Israël. Aujourd'hui, nous pouvons bien sûr aller beaucoup plus loin dans nos louanges à la lumière de ce qu’il a fait dans la personne du Christ.
Le psalmiste sait déjà que le règne de Dieu sera éternel . L’histoire du monde nous enseigne ceci : que les royaumes, les empires et les républiques, comme ceux qui les gouvernent, connaîtront tous leur fin malgré leur grand orgueil. Pour ne prendre qu'un exemple, l’état qui s’auto-proclamait comme « le premier état athée du monde » (l’Albanie) et qui semblait hermétiquement fermé à tout témoignage chrétien voit depuis une quinzaine d’années des Églises s’établir, et le « mur qui devait durer 100 ans » (celui de Berlin) n’est plus ! Et chacun pourra ajouter d’autres exemples de régimes politiques de toutes tendances qui ont vu leur jour.

 b : Il loue le Seigneur parce qu’il est bon et juste (7-9, 14-20)

Le seul fait d’être grand, puissant, et éternel n’est pas forcément assez pour mériter des louanges, du moins pas des louanges sincères. Ces attributs seuls inspirent plus la terreur que la louange sincère, et c’était le cas des dieux de l’antiquité que l’on croyait puissants et éternels mais capricieux et d’une moralité plus que douteuse.

Notre Dieu se révèle non seulement grand et puissant mais il se révèle aussi infiniment bon.

« L’Éternel est bon envers tous, et ses compassions s’étendent sur toutes ses œuvres (9) ; « L’Éternel soutient tous ceux qui tombent …… tu rassasies tout ce qui a vie (14,16) ».

Ce psaume, comme beaucoup d’autres passages de la Bible, nous rappelle que la bonté de Dieu s’étend à toute sa création ; Nous ne parlons pas maintenant de sa grâce qui sauve éternellement, particulière aux croyants, mais de sa grâce commune. Beaucoup de nos contemporains semblent être conscients de cela, mais d’une façon négative et revendicative ! ils sont toujours prêts à blâmer le Dieu en qui ils ne croient pas pour chaque petite chose qui cloche dans leur vie – ou pour les guerres ou catastrophes qui font souffrir la race humaine. Mais ils oublient volontairement la responsabilité humaine dans la plupart de ces événements, et ils ne pensent pas que tout le temps que tout va bien pour eux ou que les catastrophes n’arrivent pas, c’est peut-être précisément parce que Dieu veille sur sa création !
Le Seigneur est compatissant envers toute sa création certes, mais ce psaume nous rappelle que ceux qui ont une relation personnelle avec lui ont beaucoup de raisons supplémentaires pour le louer. Ce sont eux qui voient en lui non seulement le créateur de l’univers, mais aussi leur Père qui a pardonné leur péché et qui les dirige chaque jour.

Les v 18-20 s’appliquent eux aussi non pas à toute la création, mais exclusivement à « tous ceux qui l’invoquent avec vérité» . Oui, nous sommes tous au bénéfice de la bonté de Dieu dans cette vie, mais ses bénédictions éternelles sont limitées à ceux qui vivent dans cette relation avec lui. La voie est ouverte grâce au sacrifice de Jésus sur la croix, qui a montré d’une façon claire la bienveillance, la compassion et la grâce de Dieu. C’est là que sa justice et sa grâce se sont rencontrées. Et la justice de Dieu (7, 17) est une bonne nouvelle puisque lui seul sonde les intentions et les pensées cachées de notre cœur. Il juge avec équité et avec justice, ce qu’aucun juge humain ne peut faire. Il voit notre cœur, il nous connaît tout à fait – et malgré toutes les imperfections qu’il voit, il nous offre la vie nouvelle en son Fils.

 

2 : COMMENT LE PSALMISTE LOUE-T-IL LE SEIGNEUR ?

 a : Sa louange est en même temps individuelle et collective

Sa louange commence au v 1-2 à la première personne : « Je t’exalterai », Je bénirai », « Je louerai », mais il passe très vite à la troisième personne : « On parlera » (6), « On évoquera » (8), et plus tard il parle de « Toutes ses oeuvres » qui le célébreront (10) et l’appel final est « Que toute chair bénisse son saint nom » (21). Cela nous rappelle que la louange collective, le dimanche matin par exemple, ne vaut pas grand chose si elle n’est pas l’expression de notre louange personnelle qui jaillit de nos cœurs chaque jour, mais aussi que la louange personnelle est incomplète si elle ne s’unit pas à la louange du peuple de Dieu rassemblé.

Même si les mots « louer » et « bénir » sont souvent interchangeables dans la Bible, certains commentateurs ont remarqué que le verbe « bénir » veut souvent dire plus : « louer Dieu avec une affection personnelle et en lui voulant du bien » (C. H. Spurgeon) ou « le louer avec adoration et reconnaissance » (NCB). Ce verbe souligne donc le caractère personnel de la louange : je bénis le Seigneur parce qu’il m’a fait du bien, et cette louange m’engage à vivre à sa gloire.

b : Sa louange est appelée à être éternelle

Tout comme le règne de Dieu n’a pas de fin, la louange ne doit pas avoir de fin non plus. Dès le début du psaume, il dit : « Je louerai ton nom à toujours et à perpétuité » et ce sont les mêmes mots qui terminent le psaume. Il est appelé à louer le Seigneur donc « chaque jour » (2), et nous savons en lisant les psaumes que le psalmiste avait les mêmes problèmes et les mêmes coups de cafard que nous. Il y a sans doute des jours et des situations où nous avons du mal à exprimer notre louange, mais la Parole nous appelle à nous souvenir des bénédictions du Seigneur, et c’est lors de telles occasions que le fait de louer Dieu pour des bénédictions passées nous aidera à pouvoir le louer dans des situations très difficiles où nous avons du mal à le voir à l’oeuvre.

 c : Sa louange est une forme de témoignage

Il y a au moins dix-huit verbes dans ce psaume qui montrent clairement que la louange à Dieu est audible et qu’elle sert de témoignage aux autres, par exemple : « On parlera de ta force redoutable , je dirai ta grandeur ; On évoquera  le souvenir de ton immense bonté et l’on acclamera ta justice » (6-7). Oui, une vie remplie de louange est un puissant témoignage aux autres, même si dans beaucoup de situations nous devons attendre l’occasion de pratiquer cette louange audible : là, c’est notre vie qui doit louer le Seigneur.

Et le psalmiste dit encore : « Que chaque génération glorifie tes œuvres, qu’elle raconte tes exploits » (4).  Quel rappel de l’importance de la louange à Dieu même dans le cercle familial.

 d : Sa louange comporte une certaine répétition

Déjà nous voyons cette répétition aux vv 1-2, et c’est le propre de la poésie hébraïque de répéter souvent la même idée en utilisant d’autres mots. Une certaine répétition nous aide à penser à ce que nous disons, et à « entrer dans la louange », comme on dit, mais sachons quand même éviter « la multiplication de vaines paroles » contre laquelle Jésus nous met en garde ! Dans la confusion religieuse du XXIe siècle notre louange doit quand même se distinguer des répétitions d'autres spiritualités non-chrétiennes.

 e : Sa louange, comme la nôtre, est très imparfaite

Nous avons déjà relevé le petit indice technique (1 lettre sur 22 qui manque) qui illustre ce point. En effet, une lettre manque au milieu de ce psaume (la lettre noun, N) ; Nous ne savons pas pourquoi cette lettre manque, mais je me demande si ce n’est pas un humble « clin d’œil » du psalmiste pour nous rappeler que toute louange humaine, aussi sincère et belle qu’elle soit, est loin d’être parfaite et très loin d’exprimer toute la grandeur de Dieu.

La nature même de Dieu, qui dépasse tout notre entendement, nous montre que notre louange sur la terre sera toujours partielle, car « Sa grandeur est insondable » (3) et « comme dit le Ps 40.6, « (Tes merveilles et tes desseins) sont trop nombreux pour être comptés ». Si nous pensons vivre une vie de louange à Dieu parfaite, c’est sans doute parce que nous sous-estimons la grandeur de Dieu ! Mais il nous invite à le louer, et plus nous découvrons son caractère et sa bonté, plus nous ferons de progrès dans la louange.

Que ma bouche dise la louange de l’Éternel, Et que toute chair bénisse son saint nom, A toujours et à perpétuité ! (v21).

 

les nouveaux chants appris lors de nos derniers cultes : Les chants du mois

 

Mots clés : louange, Dieu , louer Dieu , louer le Seigneur , louange à Dieu 

Partager cet article

Repost 0
Published by église évangélique de Deuil la Barre - dans Réflexions
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Eglise Evangelique de Deuil la Barre
  • : L’église est avant tout un lieu de rencontre qui a pour vocation d’accueillir chacun avec son histoire et sa culture. Vivre en communion fraternelle, s'encourager mutuellement,s'enrichir de nos différences,méditer ensemble la Bible. Bien sûr, nous n’y parvenons jamais totalement, donc nous essayons à nouveau
  • Contact

nos partenaires

ACTUALITES

Persécution des chrétiens : des faits de 2012 à 2017